Code abonné :

Sujet :     Recherche :  

pays :   maladie :   vaccin :

Nombre total de nouvelles : 13293

23/10/2016 -
Le point sur l'épidémie de Monkeypox (virus de la « variole du singe ») en République Centrafricaine


Auteur : Claude HENGY  - Biographie et Liens d'intérêt Lu 824 fois

En République Centrafricaine, en septembre 2016, les autorités sanitaires de la préfecture de Basse-Kotto ont notifié des cas suspects de Monkeypox.

Le cas index était un chasseur qui est tombé malade le 17 août et est décédé dans son village sans avoir été prélevé pour tests de laboratoire. Entre le 4 septembre et le 7 octobre, 26 cas ont été hospitalisé dont trois biologiquement confirmés Monkeypox. Les enquêtes épidémiologiques sont actuellement en cours pour évaluer l'ampleur de l'épidémie.

Les autorités sanitaires en collaboration avec le bureau de l'Organisation mondiale de la santé procèdent actuellement à des mesures d'intervention :

  • Renforcement de la surveillance de la santé publique pour les cas possibles.
  • Formation des travailleurs de la santé sur l'utilisation des équipements de protection individuelle, et en préconisant l'hygiène des mains et des procédures de nettoyage dans le cadre des soins de santé.
  • L'installation de deux unités d'isolement pour la gestion des cas.
  • Prestation de soins gratuits pour les patients atteints de Monkeypox.
  • Accroître la sensibilisation du public à prendre la mesure de précaution pour prévenir la transmission du virus.
  • L'aide internationale et l'Organisation catholique pour le secours et l'aide au développement soutiennent la gestion des cas et les mesures de prévention.

Les petites épidémies de Monkeypox se produisent régulièrement en Afrique tropicale. Monkeypox est généralement transmis aux humains par contact avec un animal infecté ou par les morsures d'animaux infectés. La transmission de personne à personne peut également se produire pendant les épidémies par un contact étroit avec les patients, mais il n'y a aucune preuve à ce jour de transmission inter humaine du virus.

Étant donné le manque d'unités d'isolement suffisamment équipées dans les établissements de soins de santé dans la région et la dynamique de transmission connus du Monkeypox entre les humains, l'Organisation mondiale de la santé, pour prévenir la transmission de la maladie, encourage les individus et les travailleurs de la santé à suivre les mesures de prévention et les procédures de contrôle lors de soins à des patients.

Compte tenu de l'emplacement de l'épidémie dans une zone relativement isolée et peu peuplée à ce stade, le risque de propagation internationale semble limité.

L'Organisation mondiale de la santé ne recommande aucune restriction pour les voyages et le commerce de la République Centrafricaine sur la base des informations disponibles ce jour.

Source : Organisation mondiale de la santé.

Lien : http://www.who.int/csr/don/13-october-2016-monkeypox-caf/en/


Voir d'autres nouvelles sur : République Centrafricaine