Code abonné :

Sujet :     Recherche :  

pays :   maladie :   vaccin :

Nombre total de nouvelles : 9187

14/09/2017 -
Ciguatera au Belize


Auteur : Jacques MORVAN  - Biographie et Liens d'intérêt Lu 188 fois

Au Belize, à la mi août 2017, les responsables de la santé ont notifié avoir enquêté sur au moins 10 cas d'intoxication alimentaire à la ciguatera. L'enquête sur ces cas a permis d'identifier que les poissons consommés étaient des barracuda (Sphyraena barracuda) achetés chez un vendeur de poissons à Ladyville, dans le district de Belize.

Le poisson provenait de la région des îles Turneffe.

Plus de 400 espèces de poissons, ont été impliqués dans cette maladie alimentaire qui est relativement fréquente dans plusieurs régions du monde.

La ciguatera est une forme particulière d'ichtyosarcotoxisme, c'est-à-dire une intoxication alimentaire par la chair de poissons contaminés par la microalgue benthique Gambierdiscus toxicus, présente dans les récifs coralliens. Comme de nombreuses toxines naturelles et artificielles, la ciguatoxine, une neurotoxine, s'accumule dans les organismes et sa concentration augmente au fur et à mesure que l'on monte les échelons de la chaîne alimentaire. Parmi les 400 espèces potentiellement infectées, les grands poissons prédateurs comme le barracuda, la murène, le mérou ou encore les carangues sont les plus susceptibles de provoquer un empoisonnement.

La répartition géographique s'étend entre le 35ème parallèle nord et le 35ème parallèle sud, sur une ceinture circumtropicale englobant l'ensemble des régions coralliennes (Pacifique, Caraïbes et Antilles, Océan Indien). Plusieurs régions françaises des départements et territoires d'Outre-Mer sont concernées par le phénomène : Réunion, Guadeloupe, Martinique, Nouvelle-Calédonie et Polynésie.

Le diagnostic est donc présomptif : en zone d'endémie, c'est la survenue de symptômes compatibles avec une intoxication dans les suites d'un repas de poisson connu pour être potentiellement ciguatoxique :

  • Signes généraux : myalgies, arthralgies, prurit, éruptions cutanées, hypersudation.
  • Signes digestifs : douleurs abdominales diffuses, nausées, vomissements, hoquet ;
  • Signes neurologiques : ataxie cérébelleuse, céphalées, troubles du sommeil, syndrome dépressif, hallucinations visuelles, paresthésies, atteintes des nerfs crâniens, coma ;
  • Signes cardio-vasculaires : baisse du rythme cardiaque (bradycardie), hypotension artérienne, troubles du rythme.

Pour éviter la ciguatera il convient observer les mesures suivantes:

  • Mangez de petites quantités de poissons des récifs coralliens et évitez les gros poissons des récifs coralliens;
  • Évitez de manger la tête, la peau, les intestins et œufs de poissons de récifs coralliens, qui ont généralement une plus forte concentration de toxines;
  • Lorsque vous mangez des poissons des récifs coralliens, éviter de consommer de l'alcool, des arachides ou des haricots, car ils peuvent aggraver l'intoxication ;
  • Consulter immédiatement un médecin en cas de symptômes évocateurs;
  • Ne pas acheter le poisson quand la source est douteuse.
Source : Outbreak News Today.

Lien : http://www.safetravel.ch/safetravel2/servlet/ch.ofac.wv.wv203j.pages.Wv203A...


Voir d'autres nouvelles sur : Belize