Code abonné :

Sujet :     Recherche :  

pays :   maladie :   vaccin :

Nombre total de nouvelles : 11618

30/07/2018 -
L’encéphalite équine de l’Est frappe encore des chevaux dans 3 États des Etats-Unis


Auteur : Jacques MORVAN  - Biographie et Liens d'intérêt Lu 296 fois

Aux Etats-Unis de nouveaux cas d'encéphalite équine de l'Est  sont rapportés chez des chevaux. Il convient de rappeler que le virus responsable peut infecter l'homme par l'intermédiaire de piqûres de moustiques.

  • Le Département de l'agriculture d'Alabama ont signalé que 3 chevaux ont été testés positifs pour encéphalite équine de l'Est. Les chevaux provenaient des comtés de Houston, Mobile, et Genève.
  • Le Département de l'agriculture de Caroline du Nord ont confirmé le 3ème cas positif pour encéphalite équine de l'Est de l'année 2018. La jument de 5 ans identifiée dans le comté de Onslow a été euthanasiée. C'est le 2ème cas d'encéphalite équine de l'Est confirmé dans le comté d'Onslow en 2018.
  • Le Département de l'agriculture de Floride a rapporté le 26 juillet 2018 que 7 cas d'encéphalite équine de l'Est chez les chevaux ont été confirmés dans l'État au mois de juillet dans les comtés de Okeechobee, Osceola, Jackson, Union, Polk, Suwannee, et Clay.

Rappel sur l'encéphalite équine de l'Est :

Le virus de l'encéphalite équine de l'Est est un Alphavirus de la famille des Togaviridae.Dans la nature, l'alternance des infections chez les oiseaux et les moustiques maintient la circulation du virus.

Le virus de l'encéphalite équine de l'Est hébergé par les oiseaux est transmis aux équidés (chevaux, ânes et zèbres) et plus rarement à l'homme par la piqûre d'un moustique infecté. 

Les signes cliniques de l'encéphalite équine de l'Est chez le cheval peuvent être compatibles avec d'autres maladies neurologiques comme la rage et l'infection à Equine Herpes virus (EHV-1), il est donc important pour les propriétaires de chevaux de consulter un vétérinaire pour obtenir un diagnostic précis.

Selon les Centers for Diseases Control and Prévention la maladie est rare chez l'homme, seuls quelques cas étant signalés aux États-Unis chaque année. Si la plupart des personnes infectées n'ont pas de maladie apparente, des cas graves impliquant une encéphalite sont néanmoins signalés avec une mortalité de 30 % avec un risque significatif de lésions cérébrales chez de nombreux survivants.

Le voyageur doit réduire le risque d'être infecté par ce virus en portant des vêtements couvrants imprégnés d'insecticides et en utilisant un répulsif à base de DEET, Picaridin ou IR3535 sur les parties découvertes aux heures où les moustiques sont les plus actifs (les moustiques piquent généralement au crépuscule et à l'aube). 

Chez les animaux la prévention la plus efficace est la vaccination.

Source : Promed.

Lien : http://www.promedmail.org/direct.php?id=20180729.5934238


Voir d'autres nouvelles sur : Etats-Unis