Code abonné :

Sujet :     Recherche :  

pays :   maladie :   vaccin :

Nombre total de nouvelles : 12129

09/12/2018 -
Situation de la bilharziose dans l'État de Rakhine en Birmanie


Auteur : Ludovic DE GENTILE  - Biographie et Liens d'intérêt Lu 419 fois

En Birmanie (Myanmar), le ministère de la Santé et des Sports a notifié que sur près de 1 000 cas suspects de schistosomose, schistosomiase ou bilharziose, testés dans l'État de Rakhine, 520 présentaient une sérologie positive par une technique immunoenzymatique utilisant une trousse avec un antigène de Schistosoma mansoni

En plus de l'État de Rakhine, des personnes atteintes de schistosomose ont été détectées dans la région de Bago, et au lac Inle, dans l'État Shan.

En Asie du Sud Est, Schistosoma japonicum et Schistosoma mekongi ont été rapportés. Leur présence dans l'État Shan est connue mais la prévalence de la maladie chez l'homme n'avait pas encore été évaluée. 

Dans une nouvelle de juillet 2018, mesvoyages.net présentait la situation de la schistosomose au Myanmar. Une publication scientifique de 2017 faisant état d'une séroprévalence de 23% (CI95: 18,8-28,8) au niveau du lac Inle.

La prévention, le traitement et le diagnostic de la schistosomose sont le fruit d'une collaboration entre l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Center for Disease Control (CDC) chinois et les autorités sanitaires locales.

Outre la fourniture d'eau salubre, l'assainissement et l'hygiène appropriés et le contrôle des mollusques, la transmission peut être interrompue par un traitement à grande échelle, comprenant un traitement ciblé et une chimiothérapie préventive, avec le praziquantel, pour la population à risque de la zone touchée.

Les voyageurs se rendant dans cette région du Myanmar, notamment lors de séjours dans le cadre de l'écotourisme ou du tourisme solidaire, doivent être informés de la situation et éviter les contacts avec l'eau  douce en milieu naturel (toilettes, traversée de gué, baignade récréative, etc.). En cas de fièvre associée à une hyperéosinophilie sanguine ou d'une hyperéosinophilie isolée au retour du voyage, une sérologie des schistosomoses doit être réalisée et associée à une recherche de parasite dans les selles. Le médecin et le laboratoire qui effectue le diagnostic doivent être informés de l'hypothèse diagnostique.

Rappels sur la schistosomose

Les schistosomoses, (schistosomiases ou bilharzioses) sont des maladies parasitaires dues à des vers plats trématodes du genre Schistosoma. Pour poursuivre son cycle, le parasite doit impérativement passer par un mollusque d'eau douce spécifique. Plusieurs espèces parasitaires sont en cause et leur répartition dans la zone intertropicale est variable. Deux principaux parasites touchent l'Homme, Schistosoma mansoni (mollusques hôte intermédiaire rattachés aux planorbes) sur les continents africain et américain et Schistosoma haematobium principalement sur le continent africain (mollusques hôte intermédiaire rattachés aux bulins).

En Asie du Sud Est, Schistosoma japonicum et Schistosoma mekongi sont connus, responsables chez l'homme d'une maladie d'évolution souvent rapide. Le mollusque hôte intermédiaire de Schistosoma japonicum appartient au genre Oncomelania, celui de Schistosoma mekongi au genre Neotricula

La contamination se fait par contact avec l'eau dans laquelle se trouvent des mollusques  hôtes intermédiaires contaminés.

On reconnaît dans la maladie trois phases

  • Une phase de pénétration cutanée de la larve du parasite, elle n'est pas constante et se manifeste par une éruption et un prurit (dermatite cercarienne)
  • Une phase d'invasion qui évolue sur quelques semaines et  au cours de laquelle la larve migre dans l'organisme et peut être responsable d'un tableau clinique très protéiforme, parfois fébrile et inquiétant. La manifestation biologique contemporaine  de cette phase est une augmentation importante du taux des polynucléaires éosinophiles dans le sang.
  • Une phase d'état qui est longue et au cours de laquelle les lésions sont induites par les œufs du parasite enchâssés dans les organes. Au cours de la schistosomose due à des schistosomes asiatiques, comme pour Schistosoma mansoni,  les organes touchés sont le tube digestif et le foie, le parasite adulte vivant dans les capillaires mésentériques qui sont drainés par le système porte digestif, on décrit cependant dans cette maladie une atteinte fréquente d'autres organes (schistosomose artério veineuse).

Source : Outbreak News Today.

Lien : http://outbreaknewstoday.com/schistosomiasis-more-than-500-hundred-test-pos...


Voir d'autres nouvelles sur : Birmanie (Myanmar)