Code abonné :

Sujet :     Recherche :  

pays :   maladie :   vaccin :

Nombre total de nouvelles : 11196

02/01/2019 -
Le Nigéria continue de notifier des cas de monkeypox


Auteur : Claude HENGY  - Biographie et Liens d'intérêt Lu 144 fois

Au Nigéria, en 2018, la surveillance épidémiologique du monkeypox a permis de mettre en évidence des cas sporadiques à travers le pays.

Pour la période du 14 novembre au 13 décembre 2018, le Nigeria Centre for Disease Control a enregistré quinze nouveaux cas présumés de monkeypox, dont six cas confirmés ont été enregistrés dans cinq États :

Cela porte le total 2018 jusqu'à la mi-décembre à 114 suspects, 45 confirmés, un cas probable et un décès notifiés.

Les 45 cas confirmés ont été enregistrés dans 15 États : l'État d'Abia, l'État d'Akwa Ibom, l'État d' Anambra, l'État de Bayelsa, L'État de Cross River, l'État du Delta, l'État d'Edo, l'État d'Enugu, l'État d'Imo, l'État de Lagos, l'État de Nassarawa, l'État d'Oyo, l'État du Plateau, l'État de Rivers et le Territoire de la capitale fédérale du Nigéria..

Depuis le début de l'épidémie en septembre 2017, 311 cas suspectés ont été signalés dans 26 États, dont 132 cas confirmés dans 17 États.

Les responsables de la santé notent également que le séquençage génétique suggère de multiples sources d'introduction du virus du monkeypox dans la population humaine avec des preuves de transmission interhumaine.

Rappels sur le monkeypox

Le monkeypox est une maladie largement auto-limitante, c'est-à-dire une maladie qui se résout elle-même. Des éruptions cutanées vésiculaires généralisées, de la fièvre et un gonflement douloureux des mâchoires sont des symptômes caractéristiques associés à une infection. Bien qu'il n'y ait pas de médicament spécifique pour traiter la maladie, lorsque des soins de soutien intensifs sont fournis, pratiquement tous les patients se rétablissent complètement, comme nous l'avons vu avec la flambée actuelle.

Le virus monkeypox est un membre du genre Orthopoxvirus dans la famille des Poxviridae. Les singes ne sont pas les réservoirs du virus. Les principaux réservoirs suspects sont des rongeurs, comme les écureuils (Funisciurus sp. un rongeur arboricole), et des rongeurs terrestres (genres Cricetomys et Graphiurus).

L'infection résulte d'un contact direct avec le sang, les fluides corporels, ou des éruptions cutanées d'animaux infectés (manipulation de macaques infectés, ou de rongeurs).

La transmission secondaire d'humain à humain, résulte d'un contact étroit avec les excrétions des voies respiratoires infectées, avec les lésions de la peau d'une personne infectée ou avec des objets contaminés récemment.

Après une période d'incubation de 6 à 16 jours, la période de l'invasion (0-5 jours), est caractérisée par de la fièvre, des maux de tête intenses, une lymphadénopathie (gonflement des ganglions lymphatiques), des douleurs musculaires. Puis survient une éruption cutanée sur le visage (dans 95% des cas), sur les paumes des mains et la plante des pieds (75%) et presque simultanément sur le corps. L'éruption se manifeste par des maculopapules (lésions avec un fond plat), puis des vésicules (petites cloques remplies de liquide), et des pustules, suivies par des croûtes. Les symptômes de la variole du singe durent habituellement de 14 à 21 jours.

Le virus est transmis par un animal infecté ou par contacts avec des éruptions cutanées, du sang ou les fluides corporels de l'animal. Le virus peut aussi être transmis personne à personne par contact et le contact respiratoire ou direct avec la literie ou les vêtements contaminés.

Il n'y a pas de traitement spécifique pour monkeypox.

Source : Outbreak News Today.

Lien : http://outbreaknewstoday.com/nigeria-continues-report-monkeypox-61123/


Voir d'autres nouvelles sur : Nigéria