Code abonné :

Sujet :     Recherche :  

pays :   maladie :   vaccin :

Nombre total de nouvelles : 11423

12/07/2019 -
Situation épidémiologique de l'épidémie de syndrome respiratoire du Moyen-Orient à Coronavirus (MERS-CoV), avant le hajj dans la pénisule arabique


Auteur : Claude HENGY  - Biographie et Liens d'intérêt Lu 194 fois

A) Résumé épidémiologique

Dans le péninsule arabique, le 10 juillet 2019, deouis le début de l'année, les autorités sanitaires ont notifié 171 cas de syndrome respiratoire du Moyen-Orient à Coronavirus (MERS-CoV) ont été notifiés en Arabie saoudite (158 cas) et à Oman (13 cas ), dont 45 décès en Arabie saoudite (41 décès) et à Oman (4 décès).

En Arabie saoudite :

  • 80 cas sont des cas primaires, dont 37 ont un antécédent de contact avec des chameaux ;
  • 39 cas sont des cas secondaires, 31 des contacts familiaux et 8 des cas secondaires non précisés.
  • En 2019, 74 % des 158 cas en Arabie saoudite ont été signalés à Riyad (99 cas) et dans les provinces de l'Est (18 cas).
  • Au niveau mondial depuis avril 2012 et au 10 juillet 2019, 2 468 cas de syndrome respiratoire du Moyen-Orient à Coronavirus, dont 908 décès, ont été notifiés.

B) Évolution de l'épidémie

Des cas humains de syndrome respiratoire du Moyen-Orient à Coronavirus continuent d'être signalés dans la péninsule arabique, en particulier en Arabie saoudite.

Le risque de transmission interhumaine prolongée en Europe reste très faible.

La situation actuelle du syndrome respiratoire du Moyen-Orient à Coronavirus pose un faible risque pour l'Union européenne, comme indiqué dans une évaluation rapide des risques publiée le 29 août 2018, qui fournit également des détails sur le dernier cas signalé en Europe.

C) Risques liés au pélerinage

En 2019, le hadj se déroulera du 9 au 14 août. Le risque de maladies à prévention vaccinale et à transmission vectorielle est considéré comme faible si des mesures préventives sont appliquées.

Le risque pour les citoyens de l'Union européenne d'être infectés par des maladies transmissibles au cours du hajj en 2019 est considéré comme faible, en raison des exigences en matière de vaccination pour se rendre à La Mecque et des plans de préparation saoudiens en matière de gestion des risques pour la santé pendant et après le hajj .

Comme pour les autres rassemblements de masse, le risque d'épidémies de maladies transmissibles est le plus grand pour les maladies d'origine alimentaire et hydrique et les maladies respiratoires.

Des épidémies de MERS-CoV continuent d'être signalées dans la péninsule arabique, en particulier en Arabie saoudite, ce qui implique un risque d'importation de cas en Europe après le hajj.

Le risque de maladies à prévention vaccinale et à transmission vectorielle est considéré comme faible si des mesures préventives sont appliquées.

D) Conseils pour les pélerins qui font le hajj

1. Avant de voyager

Il est important que les voyageurs consultent un service de médecine des voyages ou son médecin traitant sur les exigences et recommandations en matière de santé pour l'Arabie saoudite.

Les voyageurs devraient être informés des recommandations du ministère de la Santé saoudien et de l'Organisation mondiale de la santé.

Selon les autorités saoudiennes, les pèlerins sont tenus de fournir une preuve de vaccination avec le vaccin conjugué A.C.W.Y. contre le méningocoque, administré pas moins de dix jours avant leur arrivée en Arabie saoudite, afin d'obtenir un visa d'entrée.

Les voyageurs qui se rendent au hajj devraient être au courant des vaccinations pratiquées systématiquement dans leur pays de résidence dans l'Union européenne, y compris des vaccins contre la rougeole, les oreillons et la rubéole et la diphtérie, le tétanos et la polio.

Des vaccinations supplémentaires telles que l'hépatite A, l'hépatite B, la grippe et la rage peuvent être indiquées.

2. Pendant le hajj

Les voyageurs qui font le hajj doivent prendre en compte les éléments suivants :

  • faire attention à l'hygiène personnelle et respecter les règles d'hygiène des aliments et de l'eau afin de réduire les risques de maladies gastro-intestinales ;
  • respecter les règles d'hygiène respiratoire et de la toux afin de réduire les risques d'infections respiratoires ;
  • prendre des mesures pour éviter les piqûres d'insectes et de tiques jour et nuit ;
  • visiter uniquement les barbiers licenciés pour se raser ;
  • en raison des températures élevées attendues, éviter l'exposition directe au soleil et boire des quantités suffisantes de liquide.

3. Après le hajj

Les voyageurs revenant du hajj doivent consulter immédiatement un médecin s'ils présentent des symptômes évocateurs d'un type quelconque d'infection, par exemple. gastro-intestinal ou respiratoire. Ils doivent également mentionner leurs antécédents de voyage à leur fournisseur de soins de santé.

Les antécédents de voyage et les hospitalisations antérieures doivent être signalés au médecin si une personne revenant du hajj doit être hospitalisée dans l'année suivant son retour.

Cela permettra de s'assurer que l'acquisition éventuelle de bactéries résistantes aux antibiotiques sera envisagée.

Sources : Saudi Arabia Ministry of Health ; Organisation mondiale de la santé ; European Centre for Disease Prevention and Control.

Lien : https://www.moh.gov.sa/en/CCC/events/national/Pages/2019.aspx


Voir d'autres nouvelles sur : Arabie saoudite