Code abonné :

Sujet :     Recherche :  

pays :   maladie :   vaccin :

Nombre total de nouvelles : 16159

12/04/2021 -
Un cas de dracunculose signalé au Viêt Nam


Auteur : Jacques MORVAN  - Biographie et Liens d'intérêt Lu 511 fois

Au Viêt Nam, un article publié dans la revue International Journal of Infectious Diseases en avril 2021, rapporte un cas de dracunculose identifié en juin 2020 chez un homme de 23 ans vivant dans la province de Yen Bai  et n'ayant pas d'antécédents de voyage dans des régions endémiques ou anciennement endémiques d'Afrique ou d'Asie du Sud.
Il s'agit du tout premier cas d'infection par le ver Dracunculus au Vietnam.

Les vers ont été prélevés dans les lésions et examinés au microscope au Viêt Nam. Le ver adulte avait des structures compatibles avec celles des vers du genre Dracunculus, et la longueur des larves L1 était sensiblement plus courte que celle de l'espèce D. medinensis. Une section de ce parasite a été envoyée aux Centers for Disease Control and Prevention (CDC) aux États-Unis, pour confirmation du diagnostic. L'analyse de la séquence d'ADN du gène 18S de la petite sous-unité de l'ARNr a confirmé que ce parasite appartenait au genre Dracunculus sp et a permis de confirmer que ce parasite n'appartenait pas à l'espèce D. medinensis. La séquence obtenue ne correspondait par aux séquences enregistrées précédemment dans la base GenBank, et a été regroupée avec les espèces  D. insignis et D. lutrae retrouvées chez des animaux.

L'hypothèse est celle d'une infection aberrante due à une espèce zoonotique inconnue de Dracunculus sp.. Des cas probables de transmission zoonotique d'espèces autres que D. medinensis à des personnes n'ayant jamais voyagé dans des zones endémiques ont été documentés sporadiquement, mais jamais au Viêt Nam jusqu'à ce jour.

Rappels sur la dracunculose :

Considérée comme une maladie tropicale négligée, la dracunculose (communément connue sous le nom de maladie du ver de Guinée) est une maladie parasitaire invalidante provoquée par un nématode de l'espèce Dracunculus medinensis, un long ver filiforme. D'après l'OMS, les 54 cas signalés en 2019 concernaient 4 pays : l’Angola (1 cas), le Cameroun (1 cas, probablement importé du Tchad), le Soudan du Sud (4 cas) et le Tchad (48 cas).

La transmission de cette parasitose se fait exclusivement par l'ingestion d'eau contaminée par un petit crustacé du genre Cyclops appelé également puce d'eau. Ce crustacé parasité par une larve de D. medinensis est tué dans l'estomac, mais les larves infectantes y sont libérées. Elles traversent ensuite la paroi intestinale et migrent à travers l'organisme. Le ver femelle(s) fécondé (qui mesure entre 60 et 100 cm de long à la maturité) effectue une migration sous les tissus cutanés jusqu'à ce qu'il atteigne son point de sortie, généralement situé sur les membres inférieurs, formant une phlyctène ou une tuméfaction à partir de laquelle il émerge. La période d'incubation du ver peut durer de 10 à 14 mois. Pour apaiser la douleur, les patients plongent souvent la zone infestée du corps dans l’eau. Les vers libèrent alors des milliers de larves dans l’eau. Ces dernières parviennent au stade infestant après avoir été ingérées par les puces d’eau qui servent d'hôtes intermédiaires au parasite.

La dracunculose est rarement mortelle, mais les sujets atteints par la maladie peuvent être handicapés pendant des mois. Elle touche les populations des communautés rurales déshéritées et isolées qui, pour l'eau de boisson, sont essentiellement tributaires de points d'eau en surface non aménagés tels que des mares.

Il est conseillé aux voyageurs de ne boire que de l'eau minérale en bouteille, ou à défaut filtrée et traitée par chloration ou ébullition.

Source : Outbreak News Today.

Lien : http://outbreaknewstoday.com/dracunculus-worm-detected-in-vietnamese-man-29...


Voir d'autres nouvelles sur : Viêt Nam