Code abonné :

Sujet :     Recherche :  

pays :   maladie :   vaccin :

Nombre total de nouvelles : 16195

02/08/2021 -
Des cas de botulisme signalés en Roumanie après consommation de jambon artisanal


Auteur : Jacques MORVAN  - Biographie et Liens d'intérêt Lu 773 fois

Deux personnes en Roumanie ont été diagnostiquées avec le botulisme. Le week-end dernier, un homme s'est rendu à l'hôpital de la ville d'Arad et sa femme a ensuite été diagnostiquée comme étant également infectée. Tous les deux ont mangé du jambon fait maison. Les deux patients sont toujours en observation à l'hôpital.
L'empoisonnement par botulisme est une maladie rare causée par des toxines produites par la bactérie Clostridium botulinum.
En Roumanie, 48 patients atteints de botulisme d'origine alimentaire ont été hospitalisés entre 2012 et 2018, soit plus d'un tiers du nombre total de cas signalés en Roumanie. La période de l'hiver au printemps a été celle où la plupart des cas ont été enregistrés. La source la plus courante de botulisme était la consommation de jambon artisanal.

Rappels sur le botulisme :

L'agent pathogène impliqué dans le botulisme est une bactérie appelée Clostridium botulinum. Cette bactérie peut survivre sous une forme appelée spore ; quand les conditions sont favorables, ces spores germent (on parle de forme végétative de la bactérie), se développent et excrètent des toxines. C'est la toxine extrêmement puissante qui est responsable de la maladie. Sur les sept types de botulisme connus aujourd'hui, quatre (les types A, B, E et plus rarement F) affectent l'homme.

Les principales formes de botulisme :

  • Le botulisme infantile peut survenir si les spores de la bactérie pénètrent dans les intestins d'un nourrisson. Les spores se développent et produisent la toxine qui provoque la maladie. Le miel mais aussi l'ingestion de poussières contenant des spores de C. botulinum ont été reconnus responsables de ce botulisme, qui peut aussi se rencontrer chez l'adulte.
  • Le botulisme d'inoculation peut survenir lorsque les spores de la bactérie pénètrent dans une plaie et produisent une toxine. Le botulisme d'inoculation concerne les utilisateurs de drogues injectables, et également les personnes ayant subi une blessure traumatique.
  • Le botulisme d'origine alimentaire peut être provoqué par la consommation d'aliments contaminés par la toxine botulique. Les sources courantes de botulisme alimentaire sont les aliments faits maison qui ont été incorrectement mis en conserve, conservés ou fermentés. Bien que cela soit rare, les aliments commercialisés peuvent également être contaminés par la toxine botulique.

Les signes du botulisme : Le botulisme se déclare après une incubation de quelques heures à quelques jours, en fonction du mode de contamination.

  • Le botulisme alimentaire : En général, les personnes ayant partagé les mêmes aliments manifestent des symptômes identiques, mais avec une sévérité variable. Ceux-ci débutent par une atteinte oculaire (défaut d'accommodation, vision floue), une sécheresse de la bouche accompagnée d'un défaut de déglutition voire d'élocution, puis d'une parésie à une paralysie des muscles. Le tableau peut évoluer vers une paralysie des membres et des muscles respiratoires qui entraîne le décès.
  • Le botulisme infantile : La constipation est généralement le premier signe clinique, suivie en quelques heures ou jours d'une difficulté d'alimentation et d'une faiblesse musculaire. L'enfant présente classiquement un ptosis, une déficience du réflexe de succion, une absence d'expression faciale avec une diminution de la salivation et des pleurs, avec une évolution vers une hypotonie généralisée, généralement sans fièvre et une insuffisance respiratoire dans les formes graves.
  • Le botulisme d'inoculation : Les symptômes sont semblables à ceux du botulisme d'origine alimentaire, sans les signes gastro-intestinaux et l'incubation est généralement plus longue (jusqu'à deux semaines).

Le botulisme est mortel dans 5 à 10% des cas selon le type de toxine en cause, les toxinotypes A et E étant à l'origine des formes les plus graves.

La confirmation du diagnostic repose sur la mise en évidence de la toxine botulique dans le sérum, les selles ou les aliments incriminés ou sur la culture positive de C. botulinum à partir des selles, d'une plaie ou des aliments en fonction du mode de contamination suspecté. Ces diagnostics microbiologiques peuvent prendre plusieurs jours.

Le traitement du botulisme est essentiellement symptomatique et requiert, dans les formes sévères, une prise en charge en service de soins intensifs. Si le diagnostic est précoce, le botulisme d'origine alimentaire et le botulisme d'inoculation peuvent être traités avec une antitoxine qui peut stopper l'aggravation de l'état du patient et réduire les possibilités de complications. Les antibiotiques n'ont aucune action sur la toxine botulique, et ne sont donc pas prescrits chez l'adulte. Ils sont recommandés dans le botulisme d'inoculation. Dans le cas du botulisme infantile, les antibiotiques ne sont pas recommandés car entrainant une lyse bactérienne qui favorise la libération de toxine. La grande majorité des malades pris en charge sans délai guérissent sans séquelles, mais la durée du traitement et de la convalescence peut durer plusieurs mois.

La prévention du botulisme alimentaire repose sur l'application des bonnes pratiques d'hygiène pour la préparation des aliments, notamment en ce qui concerne la stérilisation. Les spores sont détruites par une stérilisation à haute température (120°C pendant au moins 15 minutes). La pasteurisation à chaud industrielle (produits pasteurisés conditionnés sous vide, produits fumés à chaud) peut ne pas suffire pour détruire toutes les spores. Les formes végétatives et les toxines sont détruites par ébullition, les aliments mis en conserve artisanale doivent donc être chauffés pendant au moins 10 minutes.

Références : (1) Centers for Disease Control and Prevention. Botulism. Dernière mise à jour le 19 août 2019. https://www.cdc.gov/botulism/index.html, (2) Institut Pasteur. Botulisme. Dernière mise à jour le 18 septembre 2019. https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/botulisme, (3) Organisation mondiale de la santé. Botulisme. Mise à jour 10 janvier 2018. https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/botulism, (4) Société Française de Microbiologie. Clostridium botulinum. https://www.sfm-microbiologie.org/wp-content/uploads/2019/07/BACTERIE_Clostridiumbotulinum.pdf

Source : Food Safety News.

Lien : https://www.foodsafetynews.com/2021/08/botulism-cases-reported-in-romania/#...

En savoir plus sur : Botulisme


Voir d'autres nouvelles sur : Roumanie - Botulisme