Code abonné :

Sujet :     Recherche :  

pays :   maladie :   vaccin :

Nombre total de nouvelles : 16543

22/01/2022 -
Augmentation des cas de méningite à Méningocoque B chez les adolescents et les jeunes adultes au Royaume-Uni


Auteur : Jacques MORVAN  - Biographie et Liens d'intérêt Lu 3367 fois

Au Royaume-Uni, la United Kingdom Health Security Agency (UKHSA) a pré-publié sur le site Social Science Research Network un article faisant état d'une augmentation des infections invasives à méningocoques du groupe B chez les adolescents et les jeunes adultes en Angleterre après l'assouplissement des mesures de confinement du COVID-19.

Données épidémiologiques

Les cas

En Angleterre, les cas d’infections invasives à méningocoques (IIM) sont restés faibles tout au long de 2020 et en 2021, avec une médiane de 8 cas confirmés par mois entre avril 2020 et avril 2021, contre 45 entre avril 2018 et avril 2019. Cette tendance s'est poursuivie jusqu'en septembre 2021, lorsque de nombreux étudiants ont repris l'enseignement en présentiel dans les écoles, collèges et universités. Entre le 1er septembre et le 30 novembre 2021, le nombre de cas d’IIM a considérablement augmenté, en particulier en novembre. Au cours de la période septembre-novembre 2021, 41,5% des cas d'IIM sont survenus chez les 15-19 ans, contre 11,8% et 14,3% au cours de la même période en 2018 et 2019, respectivement. Le nombre de cas d'IIM dans ce groupe d'âge au cours de cette période en 2021 (n=22) était plus élevé que les périodes correspondantes en 2018 (n=16) et 2019 (n=19). Parmi les cas d'IIM confirmés chez les 15-19 ans et les 20-24 ans de septembre à novembre 2021, 84,6 % (22/26) étaient des étudiants.

Sérogroupes en cause

Entre septembre et novembre en 2021, 88,7 % (47/53) des cas d'IIM ont été causés par des souches du groupe B, 5,7% par des souches du groupe W (contre 21,8 % pour la période correspondante en 2019), et aucun par des souches du groupe Y ou C.

Parmi tous les groupes d'âge supérieur 19 ans, les cas d'IIM du groupe B ont augmenté par rapport à la même période de 2020, mais sont restés sensiblement inférieur aux chiffres correspondants observés en 2018 et 2019. Chez les nourrissons (<1 an), le nombre de cas d'IIM du groupe B en 2021 était plus élevé qu'en 2020 et a presque atteint le nombre observé à la même période de 2019. Chez les 1-4 ans et les 5-9 ans, les cas d'IIM sont restés similaires ou inférieurs aux niveaux de 2020 et sensiblement inférieurs à ceux de la période correspondante de 2018 et 2019.

De septembre à novembre 2021, 41,5% des cas de méningite sont survenus chez les 15-19 ans, contre 11,8 % et 14,3 % pendant la même période en 2018 et 2019.

Discussion

En mars 2020, le gouvernement a introduit des restrictions strictes pour réduire la transmission du SARS-CoV-2 en Angleterre qui ont été progressivement levées à partir du 8 mars 2021, et totalement supprimées le 19 juillet 2021.

L'augmentation des IIM à  méningocoque B chez les adolescents et les jeunes adultes au cours du dernier trimestre de 2021 pourrait impliquer deux mécanismes :

  • La vaccination contre le méningocoque B (MenB) a été introduite dans le programme britannique de vaccination pour les nourrissons (3 doses à 2, 4 et 12 mois), mais pas pour les adolescents. Les adolescents et les jeunes adultes restent donc sensibles aux infections du groupe B,  les nouveaux entrants à l'université, en particulier ceux qui résident sur les campus, ayant un risque significativement plus élevé d'IIM.
  • Les mesures de confinement en lien avec la pandémie de COVID-19 ont réduit les possibilités d'exposition et de portage de méningocoques chez les adolescents et les jeunes adultes qui constituent le principal réservoir de méningocoques dans la population. Ceci peut avoir entraîné un niveau d'immunité plus faible qui pourrait expliquer une augmentation rapide du portage contribuant à la forte augmentation des cas d'IIM après le retour à l’université en septembre 2021.

Chez les adultes plus âgés largement non vaccinés, les IIM de groupe B ont augmenté mais restent inférieures aux niveaux pré-pandémiques. Cela peut refléter une reprise plus lente du portage du méningocoque dans ces groupes d'âge après l'assouplissement des mesures de confinement en raison d’un mode de vie différent et peut-être d’une faible transmission intergénérationnel.

Les 1-4 ans et, dans une certaine mesure, le 5-9 ans, sont vaccinés avec MenB et directement protégés contre la majorité des souches invasives du groupe B. Entre septembre et novembre en 2021, les cas dans ces groupes d'âge sont restés sensiblement inférieurs à ceux des années précédant la pandémie de COVID-19.

Chez les nourrissons qui n'auront pas encore reçu les 3 doses de MenB, les cas sont presque revenus aux faibles niveaux pré-pandémiques observés après l'introduction du vaccin.

A la fin de 2021, le nombre de cas des groupes W, Y et C est resté très faible. Cela est probablement dû au vaccin conjugué ACWY introduit pour les adolescents dans le cadre du programme national de vaccination britannique en 2015 (avec rattrapage jusqu’à 25 ans). La vaccination empêche l'acquisition du portage des sérogroupes A, C, W, Y et interrompt la transmission ultérieure à d'autres personnes. Cet effet de protection collective semble avoir permis de maintenir un nombre très faible de cas des groupes C, W et Y dans tous les groupes d'âge.

En conclusion, ces données suggèrent que, suite à l'assouplissement des mesures de confinement du COVID-19, les taux de maladie peuvent être maintenus à des niveaux très bas par une vaccination ciblée dans des cohortes d'âge appropriées, cependant, lorsque l'immunité est faible et la transmission élevée, la maladie causée par ces agents pathogènes bactériens peut retrouver des niveaux pré-pandémiques dans un laps de temps relativement court.

Source : ProMED.

Lien : https://promedmail.org

En savoir plus sur : Méningocoque B - BEXSERO® - TRUMENBA®


Voir d'autres nouvelles sur : Royaume-Uni - Méningocoque B - BEXSERO - TRUMENBA