Code abonné :

Sujet :     Recherche :  

pays :   maladie :   vaccin :

Nombre total de nouvelles : 15986

19/05/2022 -
Plusieurs cas de monkeypox sans lien avec l'Afrique occidentale et centrale confirmés en Europe


Auteur : Patrick GEROME  - Biographie et Liens d'intérêt Lu 318 fois

Plusieurs cas de monkeypox ont été confirmés en Europe, y compris dans un État membre de l'UE (Portugal).
Le premier cas a été signalé par l'Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) le 7 mai et serait importé. Le 14 mai 2022, deux autres cas ont été identifiés au Royaume-Uni, tous deux vivant dans le même foyer, mais sans antécédents récents de voyage et sans contact avec le cas signalé le 7 mai. Quatre autres cas ont été confirmés par l'UKHSA le 16 mai. Ils n'avaient pas non plus d'antécédents récents de voyage dans des zones endémiques et n'étaient pas des contacts des cas signalés les 7 et 14 mai. Tous les cas signalés le 16 mai étaient des hommes s'identifiant comme des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH).  
En outre, le 18 mai, le Portugal a signalé cinq cas confirmés de monkeypox et plus de 20 cas suspects. Tous les cas étaient des hommes jeunes, et tous dans la région de Lisbonne et de la vallée du Tage. L'Espagne a également signalé huit cas suspects.

Contexte de la maladie

Depuis 2018, 7 cas de monkeypox ont été signalés au Royaume-Uni (en 2021, 2019 et 2018), principalement avec des antécédents de voyage dans des pays endémiques. Cependant, c'est la première fois que des chaînes de transmission sont rapportées en Europe sans liens épidémiologiques connus avec l'Afrique occidentale et centrale. Il s'agit également des premiers cas mondiaux rapportés chez les HSH. Le virus du monkeypox est considéré comme ayant une transmissibilité modérée chez l'homme. Dans ce cas, la transmission entre partenaires sexuels, due à un contact intime lors de rapports sexuels avec des lésions cutanées infectieuses, semble le mode de transmission probable chez les HSH. Compte tenu de la fréquence inhabituellement élevée de transmission interhumaine observée lors de cet événement, et de la transmission communautaire probable sans antécédents de voyage dans des zones endémiques, la probabilité d'une propagation ultérieure du virus par contact intime, par exemple lors d'activités sexuelles, est considérée comme élevée. La probabilité de transmission entre individus sans contact étroit est considérée comme faible. 

L'étendue de la transmission communautaire est actuellement inconnue. Toutefois, des tests ciblés sur les personnes présentant ces manifestations cliniques commencent à être effectués dans les pays de l'UE/EEE concernés. 

La manifestation clinique du monkeypox est généralement bénigne. Le clade ouest-africain, qui a été détecté jusqu'à présent dans les cas signalés en Europe, a été observé avec un taux de létalité de 3,6 % dans les études menées dans les pays africains. La mortalité est plus élevée chez les enfants et les jeunes adultes, et les personnes immunodéprimées sont particulièrement exposées à une maladie grave. La plupart des personnes se rétablissent en quelques semaines.

Recommandations immédiates

Les praticiens de santé doivent considérer l'infection par le monkeypox comme un diagnostic différentiel pour les personnes présentant des symptômes cliniques compatibles et doivent contacter les services spécialisés.

Les organismes de santé publique et les organisations communautaires doivent prendre des mesures pour sensibiliser à la propagation potentielle de la variole du singe dans les communautés de personnes s'identifiant comme HSH, ayant des rapports sexuels occasionnels ou ayant des partenaires sexuels multiples. 

Les personnes présentant de tels symptômes doivent consulter un spécialiste. Les personnes ayant des partenaires sexuels multiples ou ayant des rapports sexuels occasionnels doivent être particulièrement vigilantes. 

Les cas suspects doivent être isolés, testés et notifiés rapidement. Une recherche des contacts en amont et en aval doit être entreprise pour les cas positifs. Si des vaccins antivarioliques sont disponibles dans le pays, la vaccination des contacts proches à haut risque doit être envisagée après une évaluation des risques et des avantages. Pour les cas graves, un traitement avec un antiviral homologué peut être envisagé, s'il est disponible dans le pays.

Action

L'ECDC suit de près la situation et est en contact avec les États membres de l'UE et les pays participant au Comité de sécurité sanitaire. Une évaluation rapide des risques est en cours d'élaboration et sera publiée en début de semaine prochaine.

Source : Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

Lien : https://www.ecdc.europa.eu/en/news-events/monkeypox-cases-reported-uk-and-p...

En savoir plus sur : Variole - IMVANEX®


Voir d'autres nouvelles sur : Variole - IMVANEX