Code abonné :

Sujet :     Recherche :  

pays :   maladie :   vaccin :

En cours de lecture 1 / 11307

12/04/2019 -
Epidémie de leishmaniose viscérale au Kenya


Auteur : Jacques MORVAN  - Biographie et Liens d'intérêt Lu 135 fois

Au Kenya, 27 personnes testées positives pour la leishmaniose viscérale (Kala-azar) ont été admises à l'hôpital de Laisamis dans le district de Marsabit dans la province orientale . Les patients, dont une majorité du village de Logo, répondent bien au traitement. 

Les communautés pastoralistes dorment sur le sable en dehors de leurs maisons pendant la saison sèche ce qui les exposent aux piqûres de phlébotome

Au Kenya depuis 1980 le nombre de cas signalés a considérablement augmenté et la maladie touche de nouveaux domaines.

Dans les zones de Baringo et Pokots il y a une forte endémicité qui affecte les populations nomades tribales très pauvres. Dans d'autres domaines la leishmaniose se produit dans des foyers qui sont associés à des périodes de la sécheresse. Les épidémies sont probablement liées à des mouvement des personnes venant des zones endémiques. L'insécurité et les guerres civiles au Soudan du Sud et en Somalie qui sont fortement endémiques peuvent expliquer l'augmentation des cas au nord du Kenya. 

Rappel sur les leishmanioses viscérales :  

Les leishmanioses sont des parasitoses communes au chien et à l'homme. Il s'agit de maladies vectorielles dues à des protozoaires du genre Leishmania de la famille des Trypanosomatidae, transmises par la piqûre de certaines espèces de phlébotomes, comprenant les insectes du genre Lutzomyia dans le Nouveau Monde et Phlebotomus dans l'Ancien Monde. Elles sont présentes dans les zones tropicales et subtropicales. Les zones d'endémie sont l'Europe du sud et le pourtour du bassin méditerranéen ainsi que de nombreux pays d'Afrique de l'est, d'Asie du sud, d'Amérique du sud. Le réservoir est représenté par des animaux sauvages et domestiques (en particulier les chiens errants).

La situation épidémiologique mondiale des leishmanioses est disponible dans la revue en ligne PlosOne , il apparait que 90% des cas de leishmanioses viscérales humaines sont observées dans seulement 6 pays : Inde, Bangladesh, Soudan, Soudan du Sud, Ethiopie et Brésil.

L'infection humaine est provoquée par environ 21 des 30 espèces qui infectent les mammifères. La taxinomie des leishmanies est complexe et actuellement on reconnait  

  • le complexe de Leishmania donovani avec trois espèces (L. donovani, L. infantum et L. chagasi) ; 
  • le complexe de Leishmania mexicana avec 3 espèces principales (L. mexicana, L. amazonensis et L. venezuelensis
  • les trois espèces L. tropica ; L. major ; L. aethiopica ;
  • et le sous-genre Viannia avec quatre espèces principales (L. (V.) braziliensis, L. (V.) guyanensis, L. (V.) panamensis, L. (V.) peruviana

L'expression clinique est variable selon le parasite en cause et les leishmanioses peuvent être considérées comme  une maladie chronique à manifestation cutanée et/ou viscérale. 

La leishmaniose viscérale, après une incubation de durée variable (de 3 à 6 mois), se manifeste le plus souvent chez l'enfant par une fièvre irrégulière, une splénomégalie (grosse rate), une hépatomégalie (gros foie), des ganglions, une anémie. L'évolution spontanée est chronique, souvent mortelle, avec un risque de surinfection bactérienne. La forme viscérale peut également s'observer chez les patients présentant un déficit immunitaire.Les cas rapportés sont en général sporadiques. La forte mortalité liée à la leishmaniose viscérale observée au Soudan Sud est liée aux conditions difficiles que ce pays récent connait et à la prévalence élevée (env 10%) de la co infection VIH et leishmanies observées.

Pour le voyageur, la prévention repose sur la protection personnelle anti vectorielle, les phlébotomes ayant une activité nocturne et se trouvant principalement en zone rurale.

Source : Promed.

Lien : http://www.promedmail.org


Voir d'autres nouvelles sur : Kenya