Code abonné :

Sujet :     Recherche :  

pays :   maladie :   vaccin :

En cours de lecture 3 / 11424

12/07/2019 -
Hawaii rapporte un sixième cas d’angiostrongylose


Auteur : Jacques MORVAN  - Biographie et Liens d'intérêt Lu 111 fois

Les autorités sanitaires de l'État d'Hawaï ont notifié un sixième cas d'angiostrongylose en 2019, chez un visiteur adulte de l'île d'Hawaï.

Le patient est un adulte, résident du continent américain et qui voyageait dans l'ouest d'Hawaii. Il est tombé malade début février 2019 et a été hospitalisé aux Etats-Unis. L'enquête n'a pas permis d'identifier une source exacte d'infection. Cependant, il a déclaré avoir mangé beaucoup de fruits frais et ne pas les avoir tous lavés avant de les manger.

Le nombre total de cas cette année comprend trois résidents et trois visiteurs susceptibles d'avoir contracté la maladie sur l'île d'Hawaï.

A Hawaii, 82 cas confirmés ont été signalés jusqu'en 2017 et 80 % ont été découverts sur l'île d'Hawaï, en particulier à l'est de l'île.

Des cas ont également été identifiés sur les autres grandes îles, ce qui suggère que le risque d'exposition est présent dans tout l'État.

Rappels sur l'angiostrongylose

L'angiostrongylose est causée par un nématode (Angiostrongylus cantonensis) dont l'adulte parasite les artères pulmonaires du rat et dont les larves au stade 3 peuvent évoluer chez l'homme en donnant la méningite angiostrongylienne à éosinophiles. Les escargots sont les hôtes intermédiaires primaires, où les larves se développent jusqu'à ce qu'ils soient infectieux. Les humains sont des hôtes accidentels, et peuvent être infectés par l'ingestion de larves dans les escargots crus ou insuffisamment cuits ou d'autres vecteurs (crevettes ou langoustines, crabes, et grenouilles), ou d'eau ou de légumes contaminés. C'est la cause la plus courante de méningite à éosinophiles en Asie du Sud-Est et dans le bassin du Pacifique, ainsi que dans les Caraïbes.

Chez l'homme la maladie, après une incubation muette de 2 à 3 est marquée par l'installation brutale d'un syndrome méningé typique (céphalées, nausées et fièvre élevée) auquel peuvent s'associer une atteinte des paires crâniennes (paralysie faciale, diplopie...) et des troubles de la sensibilité subjective (dysesthésies, paresthésies...). L'évolution se fait presque toujours vers la résolution sans séquelles en quelques semaines.

Par mesure de précaution, il est très important d'éviter de manger des escargots insuffisamment cuits, il faut laver et cuire les légumes, et il faut éviter les mares d'eau qui peuvent être contaminées.

Source : Outbreak News Today.

Lien : http://outbreaknewstoday.com/hawaii-reports-6th-rat-lungworm-case-38849/


Voir d'autres nouvelles sur : Hawaii