Code abonné :

Sujet :     Recherche :  

pays :   maladie :   vaccin :

En cours de lecture 1 / 14234

04/04/2021 -
Cas de botulisme liés à la viande de morse au Nunavik, Canada


Auteur : Jacques MORVAN  - Biographie et Liens d'intérêt Lu 91 fois

Au Canada, le Nunavik Regional Board of Health and Social Services (NRBHSS) a signalé des cas récents de suspicion de botulisme à Inukjuak, au Nunavik le 22 mars 2021.

Une enquête a révélé que les cas étaient associés à l'igunaq (méthode de préparation de la viande, notamment de morse et d'autres mammifères marins) consommé lors de deux festins les 18 et 19 mars. Plus de 27 personnes ont pu être exposées lors de ces festins et par la suite, en consommant des aliments à la maison.
Il se peut qu'il y ait encore de l'igunaq contaminé dans la communauté et, dans des situations comme celle-ci, la viande provenant de cette source doit être détruite. La meilleure façon de détruire la viande contaminée est de la brûler. Il est important d'identifier toute la viande provenant de l'igunaq suspecté et de s'assurer qu'elle est détruite.
Avant de manger de la viande de morse, les gens devraient vérifier sa provenance et s'assurer qu'elle ne provient pas de la même source que celle qui était donnée lors des festins.

Rappels sur le botulisme :

L'agent pathogène impliqué dans le botulisme est une bactérie appelée Clostridium botulinum. C'est la toxine extrêmement puissante qu'elle synthétise qui est responsable de la maladie. Sur les sept types de botulisme connus aujourd'hui, quatre (les types A, B, E et plus rarement F) affectent l'homme.
La toxine se développe notamment dans les aliments mal conservés, et la maladie résulte en général d'une intoxication alimentaire. Si le botulisme est rare, sa mortalité reste élevée quand le traitement n'est pas immédiat.

Le botulisme se déclare après une incubation de quelques heures à quelques jours, en fonction du mode de contamination. En général, les personnes ayant partagé les mêmes aliments manifestent des symptômes identiques, mais avec une gravité variable. Ceux-ci débutent par une atteinte oculaire (défaut d'accommodation, vision floue), une sécheresse de la bouche accompagnée d'un défaut de déglutition voire d'élocution, puis d'une parésie à une paralysie des muscles. Dans les formes avancées, ils évoluent vers une paralysie descendante des membres et des muscles respiratoires. C'est cette insuffisance respiratoire qui entraîne le décès.
Le traitement du botulisme est essentiellement symptomatique et requiert, dans les formes sévères, des soins respiratoires intensifs avec ventilation assistée.

La prévention du botulisme alimentaire repose sur l'application de bonnes pratiques dans la préparation des aliments, notamment pour ce qui concerne la conservation et l'hygiène. Le botulisme peut être prévenu par l'inactivation des spores bactériennes dans les produits ou les conserves stérilisés à la chaleur (par autoclavage, par exemple) ou encore par inhibition de la croissance bactérienne dans d'autres produits. La pasteurisation à chaud industrielle (produits pasteurisés conditionnés sous vide, produits fumés à chaud) peut ne pas suffire pour détruire toutes les spores.

Source : Outbreak News Today.

Lien : http://outbreaknewstoday.com/canada-botulism-cases-in-nunavik-linked-to-wal...

En savoir plus sur : Botulisme


Voir d'autres nouvelles sur : Canada - Botulisme