Code abonné :

Sujet :     Recherche :  

pays :   maladie :   vaccin :

En cours de lecture 1 / 15325

10/01/2022 -
Un cas importé de paralysie flasque aiguë à poliovirus circulant dérivé d’une souche vaccinale de type 2 a été rapporté en Espagne


Auteur : Patrick GEROME  - Biographie et Liens d'intérêt Lu 570 fois

En Espagne, un cas importé de paralysie flasque aiguë (PFA) à poliovirus circulant dérivé d'une souche vaccinale de type 2 (PVDVc2) a été détecté dans la région de Murcie entre la mi-septembre et la fin septembre 2021. Cet événement a fait l'objet d'une publication dans la revue Eurosurveillance du 16 décembre 2021.

Il s'agissait d'un enfant âgé de moins de 6 ans arrivé à Murcie en provenance du Sénégal au début du mois d'août 2021. Il avait été hospitalisé de façon programmée pour la prise en charge d'une PFA d'étiologie inconnue apparue au Sénégal début juillet 2021. Le patient est sorti de l'hôpital après une amélioration clinique avec le diagnostic de PFA secondaire à une méningomyéloradiculite antérieure aiguë due à une infection à entérovirus (un entérovirus de type coxsackievirus B4 avait été trouvé dans un échantillon respiratoire et dans les fèces). Après un séjour de quelques jours dans de la famille en Espagne, l'enfant est rentré au Sénégal. Le carnet de vaccination du cas indiquait quatre doses de vaccin polio oral et une dose de vaccin poliomyélitique inactivé (VPI) reçues au cours de la première année de vie.

Le cas de PFA ne sera pas signalé en août 2021 aux autorités sanitaires comme exigé en Espagne, mais notifié début septembre par les autorités sanitaires de la région de Murcie, qui ont identifié ce cas de manière rétrospective dans le cadre de la recherche mensuelle systématique des cas de PFA hospitalisés dans les services de pédiatrie et de neurologie.

Il a alors été possible de récupérer un échantillon de selles du cas, qui a permis d'isoler et de caractériser une souche de PVDVc2.

Le cas a été déclaré au Bureau régional de l'OMS pour l'Europe et au point focal du RSI au Sénégal, et signalé via le système d'alerte et de réaction rapide de l'Union européenne. L'alerte a été classée comme un événement sans preuve de transmission en Espagne.

Les investigations autour du cas ont permis d'identifier 42 contacts à Murcie, Madrid et aux Iles Canaries, dont 20 contacts étroits et 22 contacts occasionnels. Tous ces contacts avaient été vaccinés conformément au programme national de vaccination espagnol. Compte tenu de cette situation, il a été décidé de recommander de vacciner initialement exclusivement les contacts étroits avec une dose de VPI. En fonction des résultats des cultures de selles des contacts proches, les recommandations seront revues afin d'envisager l'administration d'une dose supplémentaire de VPI ou d'étendre la vaccination aux autres contacts.

Deux échantillons fécaux prélevés à plus de 24 heures d'intervalle ont été collectés chez les contacts. A ce jour, 40 échantillons provenant de 20 contacts proches avaient été analysés et l'infection par le cVDPV2 a été exclue pour tous ces échantillons. L'étude des échantillons des contacts occasionnels est en cours. En outre, quatre échantillons d'eaux usées prélevés à deux points d'entrée différents de la station d'épuration des eaux usées de la zone où le cas avait séjourné, deux jours différents entre mi- et fin septembre, ont été analysés. Tous étaient négatifs pour les poliovirus, mais des entérovirus non polio ont été détectés par PCR : un échovirus 3 et un entérovirus A.

Une recherche rétrospective de cas supplémentaires potentiels de PFA a été effectuée par le biais d'un examen de toutes les admissions dans tous les hôpitaux de la région de Murcie depuis août 2021. Un système quotidien de déclaration zéro a été mis en place pour assurer la déclaration prospective et rapide de tous les cas suspects de tous les hôpitaux de la Région de Murcie jusqu'à la clôture de l'événement. Deux cas de syndrome de Guillain-Barré pédiatriques ont été identifiés avec un résultat négatif pour la recherche de poliovirus.

Il a été conclu que les résultats virologiques obtenus dans les contacts proches et les échantillons d'eaux usées suggéraient qu'il n'y a pas eu de transmission de poliovirus à la suite de cet événement en Espagne.

Commentaires

Le Sénégal a été classé comme un pays où circulait le PVDVc2 au moment de la détection de ce cas en Espagne. Selon l'OMS, 17 cas de PFA ont été identifiés en 2021 au Sénégal, le cas le plus récent datant du 27 octobre, et 34 souches de PVDVc2 ont été isolées chez des personnes asymptomatiques de l'entourage des cas de PFA, le dernier isolement datant du 17 novembre 2021. La récente flambée de PVDVc2 détectée au Sénégal est liée à une transmission en cours dans d'autres régions d'Afrique de l'Ouest.

La Région européenne de l'OMS a été déclarée exempte de poliomyélite en 2002. Compte tenu de la circulation actuelle du poliovirus sauvage de type 1 et du PVDVc2 dans le monde, ainsi que de l'utilisation continue de vaccins vivants atténués dans certains pays, il existe un risque d'introduction de poliovirus sauvages ou de poliovirus dérivés de vaccins dans des pays déclarés exempts de poliomyélite. Compte tenu des normes élevées d'assainissement et d'hygiène, de la couverture vaccinale élevée et du haut niveau d'immunité contre la poliomyélite, ainsi que des bonnes capacités de détection et de réponse aux événements liés à la poliomyélite, le risque de transmission de poliovirus dans la Région européenne de l'OMS est estimé faible. Il n'en reste pas moins que cet événement rappelle que pour maintenir un statut sans circulation de la poliomyélite les systèmes de surveillance pour une détection précoce des cas ainsi que le maintien d'une bonne couverture vaccinale sont indispensables (en Espagne, la couverture vaccinale au niveau national est supérieure à 95 %).

Rappel des recommandations françaises

Conduite à tenir devant un cas de poliomyélite ou en cas d'isolement d'un poliovirus dans l'environnement.

Un avis du Haut Conseil de la santé publique et un avis de la Haute autorité de santé, tous deux publiés en 2019, décrivent la conduite à tenir et la stratégie vaccinale devant un cas de poliomyélite ou en cas d'isolement d'un poliovirus.

Il est recommandé de vérifier et le cas échéant de mettre à jour la vaccination contre la poliomyélite des cas (cas possible, cas probable et cas confirmé) et des sujets contacts avec un vaccin poliomyélitique inactivé, selon le calendrier vaccinal.

En cas de doute sur le statut vaccinal, l'administration d'une dose de vaccin poliomyélitique inactivé est recommandée. Cette stratégie vaccinale est la même quel que soit le type de poliovirus (poliovirus vaccinal ou poliovirus sauvage). Toutefois, en cas de circulation confirmée d'un poliovirus faisant craindre la survenue de cas de poliomyélite paralytique autochtone en France, une cellule « d'aide à la décision » pourrait proposer une stratégie vaccinale plus offensive (administration d'une dose de vaccin poliomyélitique inactivé à toute personne dans l'entourage du cas dont la dernière dose remonte à plus d'un an, élargissement de la vérification et de la mise à jour de la vaccination contre la poliomyélite à une aire géographique plus large que l'entourage du cas, voire recours au stock de vaccin oral de l'OMS et utilisation d'un vaccin vivant atténué par voie orale monovalent ou bivalent, qui peuvent être administrés dès la naissance.

Recommandations pour les voyageurs : Elles sont détaillées sur le site mesvaccins.net.

Source : Eurosurveillance.

Lien : https://www.eurosurveillance.org/content/eurosurveillance/26/50

En savoir plus sur : Poliomyélite - BOOSTRIXTETRA® - HEXYON® - IMOVAX POLIO® - INFANRIX HEXA® - INFANRIXQUINTA® - INFANRIXTETRA® - PENTAVAC® - REPEVAX® - REVAXIS® - TETRAVAC-ACELLULAIRE® - VAXELIS®


Voir d'autres nouvelles sur : Espagne - Poliomyélite - BOOSTRIXTETRA - HEXYON - IMOVAX POLIO - INFANRIX HEXA - INFANRIXQUINTA - INFANRIXTETRA - PENTAVAC - REPEVAX - REVAXIS - TETRAVAC-ACELLULAIRE - VAXELIS